Plan de leçon : Décisions difficiles : le cas du saumon rouge du lac Sakinaw

Aperçu des ressources et du matériel requis

Aperçu du plan de leçon

Résultats d'apprentissage prescrits et composantes du programme d'études

Science 8e

Sciences de la vie (La diversité des organismes)

  • comparer les processus d’adaptation de divers organismes aux conditions de chaque biome et comparer les différents modes d’interaction de ces organismes

Sciences de la vie (Les questions sociales)

  • évaluer les divers effets produits par l’utilisation des ressources naturelles renouvelables et non renouvelables
  • mettre en parallèle l'extraction et l'exploitation des ressources naturelles d'une part et le renouvellement des ressources et la réduction des déchets d'autre part

Sciences de la vie (Les écosystèmes planétaires)

  • évaluer l'ampleur des conséquences qu'ont les phénomènes naturels importants et l'activité humaine sur des environnements local et mondial et sur les changements climatiques

De l'aide peut être mise à votre disposition

Veuillez vous adresser au coordonnateur de l'enseignement de votre région responsable du programme Au fil de l'eau ou à un conseiller communautaire de Pêches et Océans Canada ou encore composez le (604) 666-6614 et demandez si un est disponible dans votre région pour vous assister dans cette activité.

Aperçu du plan de leçon

Aperçu de l'activité

Cette leçon, étalée sur deux séances, fait découvrir aux élèves le concept de prise de décision individuelle et participative. À la deuxième séance, les élèves exerceront leur pensée critique dans le cadre d'un jeu de rôles, en tenant compte des points de vue de différents groupes d'intérêts particuliers. Dans la peau de leur personnage, les élèves tenteront d'en arriver à un consensus sur les mesures à prendre pour faire face à la diminution des populations de saumon rouge du lac Sakinaw, tout en répondant le mieux possible aux besoins de tous les groupes d'intervenants représentés.

Temps approximatif requis 

Autre matériel requis

Des craquelins en forme de poisson; un bol par groupe de quatre élèves; un verre de plastique par élève.

Suggestions d'activités d'évaluation

Le document intitulé "Questions et réponses", peut être utilisé comme outil d'évaluation.

Ressources supplémentaires et activités d'enrichissement facultatives recommandées

(p. ex. sites Internet, guides pédagogiques, lectures libres, bandes vidéo et audio, affiches et dépliants, sorties éducatives)

Description de l'activité

Cette leçon se divise en deux volets. Durant la première heure, l'enseignant(e) présente deux activités de prise de décisions. À la suite de la lecture du document d'information qui leur aura été remis, les élèves tiendront le rôle de différents membres de la collectivité et prépareront leur exposé en fonction du groupe qu'ils représentent. Durant la seconde heure, les élèves apprendront, par ce jeu de rôles, la valeur de la prise de décision participative et l'influence du facteur humain dans le soutien des populations naturelles de saumons.

Préparation

Enseignant(e) : Veuillez lire la présente Description de l'activité ainsi que les documents intitulés Loi sur les espèces en péril et Questions et réponses.

Élèves : Les élèves devront lire, en classe ou à la maison, la Loi sur les espèces en péril, en préparation de la seconde activité du premier volet de la leçon.

Premier volet

Matériel requis

Craquelins en forme de poisson, bols, verres de plastique, et un (1) exemplaire de la page Description des rôlespar élève.

1. Processus de prise de décision

Adapté de "Menus propos : Matériel éducatif pour l'étude du sol et de l'eau en Colombie-Britannique"

Un grand nombre des activités menant à la prise d'une décision consistent à classer les éléments d'une liste en fonction d'expériences personnelles, de valeurs, du sens commun et des connaissances. Les activités de classement ci-dessous permettront aux élèves de se familiariser avec le processus de prise de décision, et les aideront à prendre conscience des similitudes et des différences entre les processus de prise de décision individuelle et de décision participative au sein de groupes de tailles diverses.

2. La gestion coopérative des pêches et la tragédie des ressources d'usage commun

À l'aide de craquelins en forme de poisson, faites l'activité intitulée "La gestion coopérative des pêches et la tragédie des ressources d'usage commun"(voir ci-dessous). Cette activité enseigne aux élèves les avantages de la prise de décisions participative, le concept de la durabilité, et les problèmes que cause la surutilisation des ressources. Pour l'élève, le défi de cette activité consiste à collaborer avec d'autres élèves afin d'obtenir le plus grand nombre de poissons dans son verre. Par méthode de tâtonnement, puis en usant de collaboration et de stratégie, les élèves essaient d'attraper le plus grand nombre de poissons possible.

3. Jeu de rôles

  1. Assignez à chaque élève le rôle d'une personne faisant partie d'un groupe intéressé par le saumon rouge du lac Sakinaw ou par l'habitat de celui-ci, p. ex. pêcheurs commerciaux, pêcheurs sportifs, propriétaires riverains, représentants du gouvernement, écologistes, propriétaires d'entreprises locales, etc.
  2. Distribuez à chaque élève une Description des rôles(que vous trouverez dans les documents à distribuer) afin qu'il puisse compléter la description de son rôle ou de son personnage. Les élèves doivent produire ce document en préparation du second volet de la leçon (ci-dessous). 

La gestion coopérative des pêches et la tragédie des ressources d'usage commun

Copyright © 2005 Jeff Fletcher(Programme de partenariats "Parlons science", UBC)

Objectif d'apprentissage

Familiariser les élèves avec les concepts suivants : la tragédie des ressources d'usage commun, les "passagers clandestins"(le problème du parasitisme), le rôle des règles gouvernementales et sociales dans la protection du bien commun, le développement durable, la surpêche et d'autres problèmes de surutilisation des ressources.

Matériel nécessaire

Un bol par groupe de quatre élèves, et un verre de plastique par élève. Une boîte de craquelins en forme de poisson.

Méthode expérimentale

Expliquez d'abord aux élèves que chaque bol contiendra huit poissons, qu'il y aura deux tours par manche et plusieurs manches par partie. À chaque tour, les élèves ont le choix entre ne retirer aucun poisson du bol ou en retirer un et le mettre dans leur verre. Un poisson ne peut être remis dans le bol une fois qu'il en est sorti. Dites aux élèves qu'après deux tours (soit une manche), vous doublerez le nombre de poissons qui restent dans le bol; les élèves auront ainsi plus d'occasions de retirer des poissons, s'ils le désirent. Le gagnant est celui qui aura accumulé le plus grand nombre de poissons dans son verre (indépendamment du nombre de poissons qui restent dans le bol) à la fin de la partie. Rappelez aux élèves qu'ils ne doivent pas manger les poissons!

À la première partie, on doit informer les élèves qu'il est interdit de parler ou de communiquer entre eux de quelque façon que ce soit. Il est à peu près sûr que certains groupes n'auront plus de poissons dans leur bol dès la fin de la première manche, mais ils doivent néanmoins continuer la partie et jouer trois manches. Ils ne pourront plus retirer d'autres poissons, mais il est important qu'ils connaissent les conséquences à long terme de leur "surpêche". Ils demanderont peut-être à remettre leurs poissons dans le bol, mais expliquez-leur que ces poissons étant déjà morts, ils ne peuvent plus se reproduire.

À la deuxième partie, on doit leur mentionner qu'ils peuvent se consulter pendant 30 secondes avant de reprendre le jeu, mais qu'ils doivent jouer en silence. En général, les résultats de la deuxième partie sont légèrement supérieurs à ceux de la première. À la troisième partie, je leur dis qu'ils peuvent déterminer ensemble certaines règles du jeu (tout en maintenant inchangées ses règles générales). Les nouvelles règles doivent avoir été adoptées à la majorité, et tous doivent s'y conformer.

Philosophie du jeu

Ce jeu est un exemple d'une tragédie dans les ressources d'usage commun, où la décision individuelle la plus sage n'est pas, à long terme, celle qui avantagera le plus l'individu. Pour obtenir un résultat optimal, les élèves devraient ne retirer du bol qu'un poisson par manche (soit passer un tour sur deux). Ainsi, les poissons pêchés seraient remplacés à chaque manche. Si tous les autres élèves décident d'adopter cette stratégie, il est par contre plus avantageux, pour un élève pris individuellement, d'en dévier. Par exemple, si trois joueurs pêchent un poisson et qu'un joueur en pêche deux, il en reste trois, et ce nombre, une fois doublé, donne six poissons dans le bol. À la manche suivante, même si tous les joueurs n'en pêchent qu'un, le joueur "déviant"l'emportera, avec ses trois poissons, sur les "coopératifs", qui n'auront que deux poissons chacun. Par ailleurs, si les élèves savent d'avance combien de manches comptera la partie, ils attendront probablement la dernière manche pour pêcher tous les poissons. Ne précisez donc pas le nombre de manches total. 

Références (s'il y a lieu) :

Il est possible de trouver d'autres exercices semblables sur Internet (en anglais seulement). Cherchez : "Tragedy of the commons""fish crackers".

Second volet 

Matériel requis:

Un (1) exemplaire du document intitulé Loi sur les espèces en péril et un (1) document intitulé Tableau de prise de décisions par élève; le document intitulé Questions et réponses, et des marqueurs de couleur (facultatif).

1. Demandez aux élèves de lire les documents intitulés Loi sur les espèces en péril et Document d'information sur le saumon rouge du lac Sakinaw. Demandez aux élèves d'examiner la carte du bassin hydrographique du lac Sakinaw (étant donné que cette carte sera copiée en noir et blanc, il serait peut-être utile de demander aux élèves de localiser le lac, ses affluents et ses décharges, et de les encercler à l'aide d'un marqueur).

2. Distribuez aux élèves le document intitulé Tableau de prise de décisions. Demandez-leur de s'inspirer du rôle qu'ils ont endossé durant le premier volet de la leçon (voir la Description des rôles) pour remplir chaque section du tableau en y inscrivant leurs suggestions dans la prise de décisions concernant la gestion de l'espèce des saumons rouges du lac Sakinaw.

3. Demandez aux élèves de se servir de la Description des rôleset du Tableau de prise de décisions pour exposer le point de vue de leur personnage ou traiter de ce point de vue (dans la perspective de leur groupe d'intérêt, c.-à-d. en tant que propriétaire riverain, propriétaire d'entreprise, etc.) concernant le sujet des options possibles quant à la gestion des saumons rouges du lac Sakinaw.

4. Dirigez une discussion à partir du document intitulé "Questions et réponses".

5. Pour répondre à ce questionnaire, les élèves devront mettre en pratique les compétences acquises lors du premier volet de la leçon en matière de prise de décisions et de collaboration. Demandez aux élèves de se mettre dans la peau de leur personnage et d'essayer de s'entendre sur les mesures à prendre pour faire face à la diminution des populations de saumon rouge dans le lac Sakinaw. Veillez à ce que les groupes d'intérêts représentés par les élèves s'interrogent quant à l'impact que les besoins en eau, l'aménagement urbain et la pollution auront sur les ressources naturelles, en fonction du taux de croissance démographique actuel.

Conclusion

Document à remettre aux élèves

La Loi sur les espèces en péril : Travailler ensemble pour protéger les espèces aquatiques 

La Loi sur les espèces en péril (LEP) a pour objet de protéger les espèces sauvages contre le risque de disparition, et pour cela elle prévoit deux grands axes d'action : 

La LEP est entrée en vigueur en juin 2003. Elle prévoit des dispositions interdisant de tuer, de nuire, de harceler, de capturer ou de prendre des individus appartenant à une espèce menacée ou en voie de disparition ainsi que des dispositions interdisant de détruire leur habitat.

Un effort de collaboration

Trois ministères sont directement concernés par la protection des espèces menacées ou en péril : Environnement Canada, Parcs Canada et Pêches et Océans Canada, ce dernier étant responsable des espèces aquatiques (eaux dulcicoles et eaux marines). 

Il a été établi dès le départ qu'aucune instance gouvernementale, industrielle ou communautaire ne pouvait à elle seule prendre en charge la protection des espèces canadiennes inscrites sur la liste des espèces en péril. Cet enjeu est l'affaire de tous les acteurs concernés, partout au pays, et la LEP a été conçue pour favoriser les actions de collaboration entre les gouvernements et les intervenants. 

Chacun peut contribuer à cet effort de collaboration, par exemple en s'informant sur les espèces en péril et en comprenant les facteurs qui sont une source de menace, ou en prenant des moyens concrets pour protéger l'habitat des espèces concernées. 

Quelles sont les modalités d'inscription d'une espèce sur la liste des espèces en péril ?

Les espèces sont désignées "en péril"par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC), organe indépendant regroupant de nombreux experts et chargé d'évaluer la situation des espèces sauvages sur la base des données scientifiques connues. Il appartient au cabinet fédéral, après consultation avec tous les acteurs concernés, de décider si ces espèces doivent bénéficier de la protection de la LEP. 

Une espèce peut être déclarée comme étant : 

Disparue : Espèce qui n'existe plus nulle part sur la planète. 

Disparue du Canada : Espèce sauvage qu'on ne trouve plus à l'état sauvage au Canada, mais qu'on trouve ailleurs à l'état sauvage.

En voie de disparition : Espèce sauvage qui, de façon imminente, risque de disparaître du pays ou de la planète.

Espèce menacée : Espèce sauvage susceptible de devenir une espèce en voie de disparition si rien n'est fait pour contrer les facteurs menaçant de la faire disparaître.

Espèce préoccupante : Espèce sauvage qui peut devenir une espèce menacée ou une espèce en voie de disparition par l'effet cumulatif de ses caractéristiques biologiques et des menaces signalées à son égard.

Pour plus d'information sur la loi sur les espèces en péril, référez-vous au site http://www.sararegistry.gc.ca/default.asp?lang=Fr&n=24F7211B-1

Documentation d'information sur le saumon rouge du lac Sakinaw

Photo du lac Sakinaw

Le lac Sakinaw est situé près de Pender Harbour, dans la région côtière appelée Sunshine Coast, au sud-ouest de la Colombie-Britannique. Dix lacs alimentent le lac Sakinaw et forment une partie de son bassin hydrographique (voir la carte ci-dessous). Sa surface couvre 8 km2 et sa profondeur moyenne est de 43 mètres. Ce lac est unique du fait que l'eau de sa section la plus profonde (à plus de 30 mètres de profondeur) est salée, un vestige géologique du temps où le lac Sakinaw était relié à l'océan. Les scientifiques croient que le retrait des glaciers, dont l'épaisseur pouvait alors atteindre des kilomètres, a entraîné une élévation de la terre côtière qui a coupé le lien direct du lac Sakinaw avec la mer. L'oxygène étant rare, voire inexistante, dans la partie profonde et salée du lac, cet endroit est inhospitalier pour les saumons rouges. 

Photo de géniteurs du saumon rouge du lac Sakinaw

Les saumons rouges (Onchorhynchus nerka) du lac Sakinaw forment une population unique en son genre du fait qu'ils ne se reproduisent que dans le lac Sakinaw et que, contrairement aux autres saumons rouges (qui se reproduisent dans des rivières), ils fraient sur les plages du lac, essentiellement situées à proximité de ruisseaux ou de sources d'eaux souterraines. Ces saumons rouges reviennent se reproduire plus tôt que la plupart des saumons, leur période de frai est plus longue, et ils demeurent dans le lac pendant une période exceptionnellement prolongée avant le frai. La taille du spécimen adulte est petite par rapport à celle d'un autre saumon rouge adulte. La taille des saumoneaux (saumons prêts à migrer vers la mer) est supérieure à celle des autres saumoneaux rouges.

Bien que les saumons du lac Sakinaw ne se reproduisent que dans ce lac, ils partagent les voies migratoires et l'habitat nourricier (dans l'Océan Pacifique) d'autres populations de saumons rouges. La mortalité des saumons rouges du lac Sakinaw découle de la pêche directe pratiquée en estuaire (où cette espèce est particulièrement visée), mais ils meurent en plus grand nombre encore par capture accidentelle dans les pêcheries où ils ne constituent pas l'espèce cible. Les populations de saumon rouge ont en général beaucoup diminué dans les parties méridionales de leur aire de distribution géographique et ne se retrouvent plus à l'état naturel en Californie.

Au début des années 1900, on a élevé un barrage à la décharge du lac (au ruisseau Sakinaw), afin d'y entreposer des rondins et de l'eau. En 1952, Pêches et Océans Canada a construit une passe migratoire et un barrage permanents près de cette décharge. Une passe migratoire est une structure permettant la libre circulation des poissons à travers le barrage; elle permet aux géniteurs de revenir au lac, et aux saumoneaux de migrer vers la mer. L'ennui avec cette passe migratoire, c'est qu'elle rendait les poissons plus vulnérables face à leurs prédateurs, notamment les loutres de rivière et les phoques, mais aussi les braconniers. De plus, la température élevée de l'eau (de 22 °C à 24 °C) durant la migration des saumons constitue un important facteur de stress pour les poissons (plus l'eau est chaude, moins elle contient d'oxygène). 

En1995, on a amélioré la passe migratoire en installant sous celle-ci deux grands déversoirs de pierres, lesquels ont formé de vastes fosses dans le ruisseau. Ces fosses ont réduit de deux à un mètre la hauteur le saut que doivent effectuer les poissons (diminuer la hauteur du saut réduit le stress causé aux poissons), et leur ont permis d'être mieux protégés contre les prédateurs et le braconnage.

L'aménagement de zones récréatives et résidentielles dans le bassin hydrographique du lac Sakinaw a une incidence sur le niveau et la température de l'eau. Les affluents (p. ex. le lac Ruby) fournissent une eau plus chaude à un débit moindre à mesure qu'augmente la demande en eau. L'utilisation de l'eau à des fins domestiques contribue à réduire son débit en été, ce qui gêne la migration des saumons adultes vers le lac; sans une quantité d'eau suffisante pour remplir la passe migratoire, les saumons ne peuvent accéder au lac. 

Bien que le COSEPAC, ait recommandé l'inscription du saumon rouge du lac Sakinaw sur la liste des espèces en voie de disparition, il a été décidé jusqu'ici de ne pas le faire.

Références : Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) État de la question sur le saumon rouge du lac Sakinaw, Chris Wood, 2003; et comm. pers. avec Grant McBain, conseiller communautaire, Pêches et Océans Canada.

Carte du bassin hydrographique du lac Sakinaw

Carte du bassin hydrographique du lac Sakinaw

Présentation du rôle

Quelque chose qui me distingue Centre d'intérêts À la table ronde Ma photo
(illustration et mots-clés, réseau, tableau) Centre d'intérêts (Pourquoi avez-vous été choisi pour participer à la table ronde?)

Tableau de prise de décision

L'objet
Vos intérêts
Vos critères
Quelques solutions
Étudiez chaque solution
Choisissez la meilleure solution
Évaluez

Outil d'évaluation

Questions et réponses

1. Quels sont les facteurs susceptibles de nuire aux stocks de saumon rouge du lac Sakinaw?

2. Qu'est-ce qui pourrait être fait pour atténuer les préjudices causés aux stocks de saumon rouge du lac Sakinaw?

3. Quels facteurs peuvent modifier les décisions prises en faveur d'un biome ou d'une espèce animale? De nombreux facteurs peuvent influencer les décisions de gestion, dont l'issue n'est pas toujours avantageuse pour un biome ou une espèce :

4. Quelles répercussions l'augmentation de la population humaine dans le bassin hydrographique du lac Sakinaw pourrait-elle avoir sur les saumons rouges de ce lac?

5. Quelles répercussions pourraient avoir certains événements (naturels ou de cause humaine) survenant au lac Sakinaw sur l'environnement global et les changements climatiques?

Autres suggestions de sujets de discussion

Écrit par : Dianne Sanford et Elizabeth Leboe. Traduit par : Johanne Raynault