La contamination des coquillages dans la région du Pacifique

Photo : Noctiluca scintillans, une prolifération d'algues qui ne cause pas la phycotoxine paralysante

Photo de Noctiluca scintillans, une prolifération d'algues qui ne cause pas la phycotoxine paralysante, prise au port de Ladysmith.

Manger des mollusques contaminés peut causer la mort : renseignez-vous sur les zones coquillières fermées dues à les biotoxines marines ou à les contaminations sanitaires.

Go to the latest Biotoxin Contamination update

La contamination des coquillages par la phycotoxine paralysante (aussi désignée « marée rouge ») et par d'autres sources d'ordre sanitaire ne concerne que les mollusques bivalves (c'est-à-dire les mollusques à deux coquilles). Elle ne concerne pas les crevettes et autres crustacés, non plus que les poissons vertébrés.

Les coquillage et les eaux coquillières sont de bons indicateurs de la situation bactériologique de l'environnement marin. Les coliformes fécaux contenus dans l'eau indiquent la présence de déchets humains et animaux et la présence possible d'organismes pathogènes. Les eaux coquillières sont considérées comme étant polluées lorsque la quantité de coliformes fécaux dépasse le seuil des 14/100 mL (en fonction de 15 points de données). En comparaison, la norme admise pour l'eau potable est de 0 CF/100 mL, et pour l'eau de bain, de 200 CF/100mL. La norme très sévère imposée pour les eaux coquillières est nécessaire du fait que les bivalves se nourrissent par des organes de filtration qui peuvent avoir pour effet de concentrer la quantité de bactéries ingérée par l'organisme.

Attention :

La cuisson ne détruit pas la phycotoxine paralysante des mollusques.

La phycotoxine paralysante est causée par un type de toxines appartenant à une même famille et dont la plus connue est la saxitoxine. Au total, on connaît de 18 à 24 toxines pour la seule famille des saxitoxines. L'abondance relative de chacune varie selon l'espèce et le type de dinoflagellés présents dans le milieu. Les saxitoxines prédominent dans certaines espèces de la Colombie-Britannique. Les coquillages et les crabes peuvent également contenir de l'acide domoïque, toxine marine produite par le plancton présent dans le milieu naturel. L'ingestion d'une quantité suffisante d'acide domoïque peut causer la paralysie amnistique (phycotoxine amnestique).

 La consommation de mollusques comportant des niveaux élevés de certaines toxines peut entraîner des maladies graves ou potentiellement mortelles telles que l'intoxication paralysante (IPP) (communément appelée marée rouge), l'intoxication amnestique (ASP) et l'intoxication diarrhéique (IDM). La cuisson des mollusques bivalves ne détruit pas les toxines qui causent l'IPP, l'ASP et l'IDM. Les crustacés cuits peuvent encore être toxiques.

Vibrio parahaemolyticus est une bactérie naturellement présente dans les coquillages bivalves. Sa concentration s’accroît en été, quand la température de l’eau s’élève. Pour réduire les risques de contamination alimentaire, ne récoltez que les mollusques et crustacés au bord de l’eau quand la marée se retire, réfrigérez-les immédiatement, et faites les bien cuire avant de les consommer. Renseigments supplémentaires (anglais seulement)

Sites associés

Personnes-ressources

Pour de plus amples renseignements sur les fermetures de sites coquilliers, veuillez contacter :

Téléphone : 250-756-7192
Télécopieur : 250-756-7162

Gestion des ressources
Coordinatrice, Programme canadien de contrôle de la salubrité des mollusques (PCCSM)
MPO - Division Côte Sud
3225 Stephenson Point Rd.
Nanaimo, C.-B. V9T 1K3

Téléphone : 250-339-3799
Télécopieur : 250-339-4612

Gestion des ressources
MPO - Division Côte Sud
148 rue Port Augusta
Comox, C.-B. V9M 3N6

Téléphone : 604-666-1746

Conseillère en communications

Info-toxines des coquillages

Sans frais : 1-866-431-FISH
(1-866-431-3474)

Message enregistré

ou visitez votre bureau local de Pêches et Océans Canada.