Résumé du Plan de gestion intégrée des pêches Hareng du Pacifique (Clupea Pallasii) Région du Pacifique 2017 au 2018

Téléchargez une version PDF de ce résumé de plan de gestion

Ce Plan de gestion intégrée des pêches (PGIP) a pour but de présenter les objectifs principaux et les exigences les plus importantes de la pêche au hareng de la région du Pacifique, puis de décrire les mesures de gestion qui seront employées pour atteindre ces objectifs. Il permet aussi de communiquer les informations essentielles sur la pêche et sa gestion au personnel de Pêches et Océans Canada (MPO), aux commissions de cogestion reconnues par la loi et aux autres intervenants. Il fournit une interprétation commune des « règles » élémentaires qui régissent une gestion durable des ressources halieutiques.

Le présent résumé du PGIP n’est pas un document exécutoire ; il ne peut constituer la base d'une contestation juridique. Le PGIP peut être modifié en tout temps, et il ne peut entraver l’exercice des pouvoirs discrétionnaires du ministre conférés par la Loi sur les pêches. Le ministre peut, pour des raisons de conservation ou pour toute autre raison valable, modifier toute disposition du PGIP conformément aux pouvoirs qui lui sont conférés par la Loi sur les pêches.

Dans tous les cas où le MPO est chargé de l'exécution des obligations selon les accords de revendications territoriales, la mise en oeuvre du PGIP devra respecter ces obligations. Si le PGIP entre en conflit avec les obligations juridiques découlant des ententes sur les revendications territoriales, les dispositions de ces dernières prévaudront dans la mesure de l’incompatibilité.

Pacific herring

Hareng du Pacifique

Introduction générale / présentation PGIPP - Chapitre 1

Le plan de gestion intégrée des pêches du hareng du Pacifique 2017-2018 couvre la période du 7 novembre 2017 au 6 novembre 2018. Ce PGIP fournit un contexte général à la gestion de la pêche au hareng du Pacifique et aux interrelations de tous les secteurs de la pêche impliqués dans cette pêche.

Le hareng du Pacifique (Clupea pallasii) est une espèce pélagique présente dans les eaux côtières et hauturières du Pacifique Nord (figure 1). Dans les eaux du Pacifique Est, on trouve le hareng du Pacifique de la Basse-Californie à la mer de Beaufort en Alaska. La pêche au hareng du Pacifique (Clupea pallasii) a débuté en Colombie-Britannique au XIXe siècle, elle est devenue la principale pêche après l'effondrement de la pêche à la sardine du Pacifique à la fin des années 1940. Aujourd'hui, la plupart des harengs du Pacifique sont pêchés pour leurs oeufs qui sont vendus au Japon. Le reste de la pêche commerciale est divisé entre la production d’oeufs sur varech et le marché de l'alimentation et des appâts.

Map of Pacific Herring major and minor stock and fishing areas
Figure 1. Carte des zones de pêche et des stocks principaux et secondaires de hareng du Pacifique

Évaluation des stocks, connaissances scientifiques et traditionnelles Chapitre 2 PGIP

Évaluation des stocks

Le hareng du Pacifique est actuellement géré dans cinq zones où les stocks sont importants et dans deux zones où ils sont de moindre importance (figure 1). Ainsi, les données sur les prises et les relevés sont recueillies indépendamment pour chacune de ces sept zones, mais les avis scientifiques du MPO sont livrés au même niveau.

Depuis le début des années 1980, un modèle statistique intégré des prises selon l’âge (MSIPSA) a été utilisé pour fournir des conseils d'évaluation des stocks concernant les zones où les stocks sont les plus importants (Haist et Stocker, 1984). En 2006, le modèle de prise selon l’âge a été mis à jour dans un cadre bayésien en tant que modèle statistique des prises selon l’âge (MPHSA, Haist et Schweigert 2006) utilisé pour les évaluations des stocks de 2006 à 2010 (Christensen et al. 2011). Une nouvelle version du modèle a été introduite en 2011. Ce modèle statistique intégré de prise selon l’âge (MPSA, Martell et al., 2012) a été utilisé pour l'évaluation des stocks de 2011 à 2017. Pour l'évaluation de 2017, des mises à jour mineures ont été apportées aux procédures analytiques au sein du MSIPSA pour aligner l'évaluation sur les pratiques les meilleures.

L'approche de précaution est une composante du Cadre pour une pêche durable. Des limites de précaution sont établies pour assurer que la pêche se pratique de façon durable et qu'une biomasse suffisante soit disponible pour la reconstitution des stocks. Le taux de récolte de 20 % a été introduit en 1983 pour le hareng du Pacifique et des seuils de pêche commerciale ou des points de référence ont été ajoutés en 1986. Le taux de récolte de 20 % repose sur une analyse de la dynamique des stocks qui indique que ce seuil stabilisera à la fois la capture et la biomasse reproductrice tout en renonçant au rendement minimum à long terme (Hall et al., 1988, Zheng et al., 1993). Des analyses de simulation ont déterminé que les niveaux seuil de la pêche commerciale sont établis à 25 % de la biomasse de géniteur non pêchée. Il est recommandé que les zones d’évaluation du stock soient fermées à la pêche commerciale lorsque les prévisions annoncent que le stock sera inférieur aux niveaux seuil. Les niveaux seuil, qui ont été estimés à 0,25SB0, ont été révisés de temps à autre.

Le Centre des avis scientifiques du Pacifique (CASP) a examiné le fondement biologique des taux d'exploitation cibles, considérant à la fois la priorité d'assurer la conservation de la ressource et de rendre possible des récoltes durables (Schweigert et Ware 1995).

La gestion des pêches du MPO a demandé des avis scientifiques pour l'identification des points de référence limites (PRL) pour la pêche au hareng du Pacifique. En réponse à cette demande, la Direction des sciences du MPO a dirigé la mise au point d'un document révisé par des pairs sur les PRL pour la pêche au hareng du Pacifique « Sélection et rôle des points de référence limites pour la pêche au hareng du Pacifique (Clupea pallasii) en Colombie-Britannique, Canada » (Kronlund et al. 2017). Une réunion d'examen par les pairs du CASP a eu lieu en février 2017. Le résultat de la recherche et du processus du CASP a été de soutenir la recommandation d'un PRL de 0,3SB0 (biomasse de reproducteurs non exploitée) fondée sur la biomasse de reproducteurs pour les cinq principaux stocks. Kronlund et al. (2017) ont recommandé l'introduction progressive de nouvelles procédures de gestion (c.-à-d. des changements dans la collecte de données, les modèles d'évaluation des stocks et / ou les règles de contrôle) pour éviter des PRL de 0.3SB0 et atteindre les objectifs à court terme.

La gestion des pêches du MPO a demandé à la Direction des sciences d'évaluer l'état des stocks de hareng de la C.-B. en 2017, puis de fournir des prévisions sur l’abondance de hareng pour l’année 2018 afin de guider l'élaboration du Plan de gestion intégrée des pêches annuel (PGIP).

En réponse à cette demande, un document de recherche et un avis scientifique, une évaluation des stocks, un conseil de gestion de la situation du hareng du Pacifique en C.-B. en 2017 et des prévisions pour 2018, ont été achevés en octobre 2017. L'évaluation de 2017 présente les estimations actuelles de la biomasse de reproducteurs pour chaque stock important par rapport au PRL. Le rapport comprenait des prévisions d'abondance et une analyse utilisant les formulations AM1 et AM2 du modèle d'évaluation. À partir de cette analyse et d'une série de facteurs (ex. un certain niveau d'incertitude dans les évaluations de stocks de hareng, la poursuite de travaux pour renouveler le cadre de gestion), le MPO a utilisé l’ancien modèle d'évaluation (AM2) comme base pour la planification des pêches de la saison 2017-2018 en incluant l'approche de gestion et les niveaux de récolte proposés décrits dans le présent PGIP.

Le rapport complet sera publié sur le site Internet du MPO : http://www.dfo-mpo.gc.ca/csas-sccs/index-fra.htm/

Interactions dans les écosystèmes

À l'heure actuelle, aucune information n'est disponible sur les limites de conservation appropriées pour le hareng du Pacifique en fonction des considérations écosystémiques. Il est reconnu que le hareng joue un rôle essentiel et fondamental dans l'écosystème et constitue une source de nourriture pour une variété d'espèces importantes, notamment les oiseaux de mer et le saumon quinnat. Le taux de prélèvement maximal actuel de 20 % dans le cadre de la gestion du hareng est jugé conservateur lorsque les juvéniles sont présents et qu'une proportion significative de la population adulte demeure disponible pour soutenir les processus écosystémiques. Des recherches récentes indiquent que l'interaction entre l'activité liée à l’alimentation, les impacts de la prédation sur la survie et la production du hareng est complexe et difficilement prévisible (Schweigert et al., 2010). Des recherches sont en cours pour mieux comprendre ces processus écosystémiques et le rôle que joue le hareng du Pacifique dans le fonctionnement et le maintien de l'intégrité de l'écosystème.

Savoir traditionnel autochtone / savoir écologique traditionnel

Les Premières nations fournissent au MPO des informations sur le comportement du hareng du Pacifique, le moment de la reproduction, l'abondance, les relations écosystémiques et les méthodes de pêche, en fonction de leurs connaissances historiques et culturelles de l'espèce et de leurs localités. Ce partage d'informations contribue à la base de données des connaissances sur le comportement des poissons, le moment de la ponte et l'abondance.

Le savoir écologique traditionnelle (SET) est une somme d'observations et de commentaires fournis par des membres du public et le personnel du MPO qui contribuent à la base de données des connaissances sur le comportement du hareng du Pacifique, le moment de la ponte et l'abondance. Les participants aux pêches fournissent aussi des informations au MPO sur le comportement du hareng, le moment de la reproduction, l'abondance, les relations entre les écosystèmes et les méthodes de pêche, en s’appuyant sur leurs connaissances historiques et culturelles de l'espèce et des zones exploitées.

Importance économique, sociale et culturelle Chapitre 3 PGIP

Le hareng du Pacifique est une espèce importante pour les pêches commerciales de la Colombie-Britannique depuis plus de 100 ans. Il est récolté dans les pêches au hareng rogué, aux oeufs sur varech, pour la nourriture et les appâts ainsi que pour un usage spécial, ces pêches créent des emplois et contribuent de façon significative aux revenus générés par le secteur des pêches en Colombie-Britannique. La pêche au hareng est aussi extrêmement importante pour les Premières nations de la Colombie-Britannique, tant sur le plan commercial que comme aliment traditionnel.

Les produits dérivés du hareng de la Colombie-Britannique sont principalement vendus au Japon. Les autres marchés d'importance notable sont la Chine et les États-Unis. Au cours des dernières années, certains pêcheurs ont été confrontés à un environnement commercial difficile en raison de la concurrence accrue des marchés d'exportation et de la baisse de la demande internationale. La suite du chapitre 3 du PGIP est un bref profil socio-économique qui donne un aperçu de la viabilité et des tendances du marché, des activités de transformation et d'exportation de 2014 ainsi que du taux d'emplois lié au hareng, il sera actualisé à l’avenir.

Dispositions et intendance partagées Chapitre 8 PGIP

Les participants à la pêche et les Premières nations travaillent également en étroite collaboration avec le personnel de gestion des pêches dans les processus qui se déroulent avant et après la saison, ils apportent des connaissances, des expertises et une expérience spécifique pour guider les décisions de gestion et trouver des solutions aux problèmes de gestion. Par ailleurs, la Société de conservation et de recherche sur le hareng (SCRH) joue un rôle important dans la gestion annuelle de la pêche au hareng rogué en menant un programme pilote sur la qualité des oeufs, elle a contribué de façon significative au soutien de la recherche et à l’identification des stocks.

Processus de gouvernance Chapitre 1 PGIP

La gestion du hareng du Pacifique est régie par la Loi sur les pêches et d'autres lois et règlements, notamment :

Ces documents sont disponibles sur le site : http://www.dfo-mpo.gc.ca/acts-loi-fra.htm

En outre, le nouveau cadre national pour une pêche durable contient des politiques visant à adopter une approche écosystémique de la gestion des pêches, notamment :

En plus des politiques économique et d'intendance partagée, ces mesures aideront le Ministère à atteindre ses objectifs en matière de durabilité à long terme, de prospérité économique et d'amélioration de la gouvernance.

Accéss et allocations - Chapitre 6 PGIP

Le ministre peut, pour des raisons de conservation ou pour toute autre raison valable, modifier les modalités d'accès, d'allocation et de partage décrites dans le présent PGIP, conformément aux pouvoirs accordés en vertu de la Loi sur les pêches.

1.1 Pêche des Premières nations

La récolte autochtone de hareng à des fins ASR peut avoir lieu sur toute la côte si elle est autorisée par un permis communautaire. Le MPO offrira aux Premières nations un accès prioritaire à la ressource à des fins ASR, puis des allocations à des fins ASR pour chaque zone d'évaluation des stocks principaux seront déterminées par des discussions bilatérales.

Les chapitres sur la pêche dans les traités modernes des Premières nations peuvent énoncer un droit de pêche conventionnel à des fins ASR qui pourrait être protégé en vertu de l'article 35 de la Loi constitutionnelle de 1982. L'accès commercial peut être accordé soit dans le cadre de la pêche commerciale générale, soit par un accord de pêche négocié en même temps que le traité et mentionné dans le traité, mais qui n'est pas protégé en vertu de la Loi constitutionnelle.

Quatre traités modernes (l'Accord définitif Nisga'a, l'Accord définitif de la Première nation Tsawwassen, l'Accord définitif des Premières nations Maa-nulth et l'Accord définitif de Tla’amin) ont été ratifiés en Colombie-Britannique. Les traités des Premières nations Tsawwassen et Maa-nulth sont entrés respectivement en vigueur le 3 avril 2009 et le 1er avril 2011. Plus récemment, le Traité des Premières nations des Tla'amins est entré en vigueur le 5 avril 2016. Ces accords établissent un droit issu d'un traité sur la pêche à de fins alimentaires, sociales et rituelles et décrivent le rôle des Premières nations dans la gestion des pêches.

Cinq Premières nations Nuu-chah-nulth situées sur la côte ouest de l'île de Vancouver - Ahousaht, Ehattesaht, Hesquiaht, Mowachaht / Muchalaht et Tla-o-qui-aht (les Premières nations T'aaq-wiihak) - ont un droit ancestral de pêcher toute espèce de poisson dans leurs territoires de pêche et vendre ce poisson, à l'exception de la panope. Le MPO travaille avec les Premières nations pour trouver la manière dont les droits de ces cinq Premières nations peuvent être accommodés et exercés en réglementant la pêche sans compromettre les objectifs législatifs et les intérêts sociétaux du Canada. Le résultat de ces discussions pourrait mener à des changements de gestion en cours de saison. Le MPO fera tout son possible pour aviser les parties prenantes de tout changement de ce genre avant que ces derniers ne soient mis en oeuvre.

Pour la saison 2018-2019, le Ministère envisage actuellement des possibilités de pêche pour les nations dans les territoires de pêche des Premières nations T'aaq-wiihak décrites par les tribunaux (situées sur la côte ouest de l'île de Vancouver, dans les secteurs de gestion des pêches du Pacifique 24/124, 25/125, et des parties du secteur 26/126). Il est prévu que les discussions se poursuivent.

Dans la décision de Gladstone, la Cour suprême du Canada a conclu que la Première nation Heiltsuk avait le droit ancestral de pêcher commercialement la rogue de hareng sur varech (RHV). La nation Heiltsuk détient actuellement neuf permis de pêche à la rogue de hareng sur varech dans la région de la côte centrale. Cette rogue de hareng est récoltée en utilisant la méthode préférée de la nation Heiltsuk, c’est à dire des bassins ouverts.

1.2 Pêche récréative

La pêche récréative au hareng peut se dérouler sur toute la côte et nécessite un permis de pêche récréative en eaux de marée de la Colombie-Britannique. Le hareng peut être pêché à des fins récréatives toute l'année. La limite quotidienne maximale pour le hareng est de 20 kg, avec une limite de possession de 40 kg pour deux jours.

1.3 Pêche commerciale

Le niveau de prise de la pêche au hareng dans chaque zone d'évaluation des stocks où se trouvent les stocks les plus importants et ceux de moindre importance est fondé sur des avis scientifiques (fournis dans le cadre du processus du CASP et découle des estimations de la biomasse annuelle du stock. Après avoir répondu aux besoins à des fins ASR, un TAC commercial est établi sur toute la côte, puis les allocations sont réparties par le Ministère entre les quatre pêcheries commerciales au hareng, ensuite les allocations proposées sont discutées avec les représentants des pêches commerciales par le biais de consultations. La répartition annuelle du TAC est présentée sous la forme d'un tableau de prévision de l'utilisation (Annexe 4 du PGIP).

GESTION DE LA PÊCHE - Chapitres 4, 5 et 7 PGIP

# Problème de gestion Objectifs Mesure de gestion
1 Conservation des stocks et récolte durable Atteindre les objectifs de conservation et assurer des pêcheries et des écosystèmes sains et productifs.

Baser les décisions de gestion sur les meilleures informations scientifiques disponibles.
Le conseil d'évaluation des stocks de cette année inclut la probabilité que les stocks soient inférieurs au PRL. Les probabilités sont utilisées parce qu'il existe une incertitude inhérente à la prévision de l'état du stock pour les pêches de cette année. Le rapport d'évaluation des stocks comprenait également une analyse utilisant les formulations AM1 et AM2 du modèle d'évaluation. Cependant, AM2 a été utilisé comme base pour la planification de la pêche de la saison 2017/2018 car l'application de la procédure de gestion AM1 causait quelques inquiétudes. L'approche AM2 est plus conservatrice et conforme au Cadre pour une pêche durable car elle suppose un facteur 1 de « capturabilité » pour le sondage fait en plongée et qui inclut des seuils fixes. L'utilisation de l'AM1 entraîne une abondance de reproducteurs plus élevée dans certaines zones et des ouvertures de pêche à des niveaux où la biomasse est plus faible qu’avec l’ancien modèle d'évaluation (AM2).

La biomasse devrait être inférieure au PRL avec une probabilité de 81 % à Haida Gwaii (HG), une probabilité de 27 % dans le district de Prince Rupert (DPR), une probabilité de 3 % sur la côte centrale (CC), une probabilité de 0 % dans le détroit de Géorgie (DDG), et une probabilité de 20 % sur la côte ouest de l'île de Vancouver (COIV). L'approche pour 2017/2018 consistera à maintenir les fermetures de la pêche commerciale dans les zones de HG et de la COIV, tout en offrant des possibilités de pêche commerciale dans le DPR et le DDG, et la pêche à la rogue de hareng sur varech uniquement sur la CC.
2 Renouvellement du cadre de gestion de la pêche au hareng du Pacifique. Atteindre les objectifs de conservation et assurer des pêches et des écosystèmes sains et productifs.

Baser les décisions de gestion sur les meilleures informations scientifiques disponibles.

Travailler en collaboration avec les secteurs commerciaux et récréatifs pour offrir des possibilités de pêche d'une manière qui assure la durabilité à long terme de la ressource.

Assurer la stabilité et la prévisibilité de la gestion des pêches et améliorer la gouvernance grâce à un processus de consultation ouvert et transparent.

Favoriser l'intendance partagée.

Gérer les pêches commerciales pour améliorer la performance économique, offrir plus et optimiser les possibilités de récolte.
En 2015, le MPO a lancé l'initiative de modernisation de la pêche au hareng du Pacifique (IMPHP) afin de renouveler le cadre de gestion actuel du hareng du Pacifique et de mieux s'aligner sur le cadre d’une pêche durable. L’IMPHP comprend trois éléments principaux : (1) le renouvellement du cadre de gestion, (2) les réformes de la gestion des pêches et (3) l'examen des programmes de sondage. Un plan de rétablissement du hareng de Haida Gwaii est également inclus dans cette initiative, avec un échéancier qui s’achève en 2020.

À ce jour, l'initiative a inclus le développement de points de référence limites (PRL). Cette recherche a été présentée en Colombie-Britannique lors d'une réunion du CASP en mai 2015 dans le cadre d'un rapport scientifique consultatif intitulé Points de référence limites proposés comme base pour choisir parmi des règles de récolte alternatives pour le hareng du Pacifique (Clupea pallaii). L’approche de gestion des stocks / pêcheries de hareng du Pacifique de 2017-2018 a été guidée par des niveaux des stocks en rapport avec les PRL fournis.

Le MPO poursuivra la modernisation de la pêche au hareng du Pacifique en 2018 qui inclut des consultations bilatérales et une collaboration avec les Premières nations, l'industrie et les parties prenantes.

Comme la révision complète du cadre ne sera pas prête pour cette année, le Ministère adoptera une stratégie pour que le niveau soit maintenu au-dessus du PRL dans les décisions de gestion parce qu’il est plus conforme à la politique de précaution du MPO. Les pêches à des fins ASR ne seront pas réduites car l'effort et les prélèvements de cette pêche sont généralement faibles et ne devraient pas avoir d'impact sur les stocks de hareng.

Cette année l'approche de gestion de la pêche commerciale tient compte de la tolérance au risque selon plusieurs facteurs pour éviter le PRL dans chaque secteur : l'état de la biomasse du stock, les taux de croissance du stock et l'histoire récente de la pêche.
3 Inquiétudes concernant les Premières nations :

- signaler que certaines Premières nations n’ont pas pu récolter avec succès dans leurs secteurs traditionnels les allocations à des fins ASR et celles relevant des traités traditionnels;

- préoccupation concernant l'état des stocks de hareng dans certains secteurs.
Atteindre les objectifs de conservation et assurer des pêcheries et des écosystèmes sains et productifs.

Gérer les pêches des Premières nations à des fins ASR conformément à la décision de Sparrow (Cour suprême du Canada, 1990), à d'autres décisions judiciaires pertinentes (R c. Gladstone 1996 et Ahousaht) et aux obligations des traités.

Assurer la stabilité et la prévisibilité de la gestion des pêches et améliorer la gouvernance grâce à un processus de consultation ouvert et transparent.

Favoriser l'intendance partagée.

Assurer la stabilité et la prévisibilité de la gestion des pêches et améliorer la gouvernance grâce à un processus de consultation ouvert et transparent

Des programmes de surveillance et de cogestion des prises sont élaborés en collaboration avec certaines communautés et organisations autochtones, le but étant de mieux faire comprendre au MPO ces pêches et les éventuels obstacles pouvant se dresser contre les pêches à de fins ASR et celles relevant des traités. Le Ministère a élargi les consultations auprès des Premières nations qui se tiennent avant et après la saison afin de partager des données scientifiques et d’autres informations à des fins de planification. Les représentants techniques des Premières nations participent également au groupe de travail technique sur le hareng qui contribue à l'Évaluation annuelle et à la gestion des stocks de hareng du Pacifique en Colombie-Britannique : situation de 2017 et prévisions pour 2018.

Le MPO a également proposé des mesures de gestion en cours de saison pour répondre aux préoccupations soulevées par les Premières nations concernant les niveaux d'abondance dans certaines régions. Ces mesures sont décrites dans les plans de pêche applicables de la rogue de hareng (annexe 7) et du hareng pour l’alimentation et les appâts (annexe 9).

Dans la zone d'évaluation des stocks de la côte centrale, les représentants du MPO et de la Première nation Heiltsuk ont travaillé ensemble dans le but d'élaborer un plan de gestion conjoint des pêches. Le MPO et la nation Heiltsuk ont été incapables de s'entendre sur l’état de santé des stocks ou sur la possibilité d'ouvrir à la fois la pêche à la rogue de hareng sur varech et celle du hareng rogué. Afin de soutenir le programme de réconciliation du gouvernement, notamment la cogestion des ressources halieutiques, la prise en compte des connaissances traditionnelles des Heiltsuk sur l'écosystème et le risque que le Ministère soit incapable d'assurer une pêche se déroulant dans de bonnes conditions et bien gérée, le MPO a accepté de suspendre la pêche au hareng rogué sur la côte centrale en 2018. Le MPO continuera de collaborer avec la nation Heiltsuk pour prendre des décisions au sujet de la pêche au hareng de la côte centrale. Ce travail de collaboration prévoit des occasions d'accéder à la ressource pour d'autres secteurs de pêche lorsque l'abondance est suffisante.

Dans la région du détroit de Géorgie, la pêche commerciale au hareng rogué ne sera pas ouverte dans le secteur 15 ou 17 sud pendant la saison 2018. Ces mesures sont décrites dans les chapitres 5.1.2 et 5.5.2 du plan de pêche commerciale à la rogue de hareng (annexe 7).

Conformité - Chapitres 5 et 9 - PGIP

Les pêcheurs sont responsables du respect de toutes les lois et de tous les règlements fédéraux et provinciaux relatifs aux activités de pêche.

Les principales priorités de la pêche du hareng du Pacifique pour la conservation et la protection du MPO sont les suivantes :

Examen de rendement - Annexe 1 - PGIP

La comparaison de l'évaluation des objectifs de pêche de 2016-2017 avec les mesures de rendement indiquées est disponible dans l'examen réalisé après la saison (annexe 1 du PGIP).

La pêche est évaluée dans les domaines de la conservation des stocks et des processus écosystémiques, de la consultation et des considérations sociales, culturelles et économiques. L'examen comprend également des résumés sur les prises, les quotas et les permis pour la saison 2016-2017.

Coordonnées de Pêches et Océans Canada

Pour de plus amples informations sur ce résumé du PGIP ou pour demander une version électronique complète du PGIP, veuillez communiquer avec Victoria Postlethwaite au 604-666-7851 ou écrivez à l’adresse courriel Victoria.postlethwaite@dfo-mpo.gc.ca