Des pêches à la crevette au chalut, Région du Pacifique 2020 à 2021
Résumé du Plan de gestion intégrée des pêches

Des pêches à la crevette au chalut, Région du Pacifique 2020 à 2021
Résumé du Plan de gestion intégrée des pêches

(PDF, 626 KB)

L'objectif de ce résumé de plan de gestion intégrée des pêches (PGIP) est de donner un aperçu des informations qui se trouvent dans la version complète du PGIP. Le présent document permet aussi de communiquer une synthèse des informations sur les pêches et leur gestion, au personnel de Pêches et Océans Canada, aux conseils de cogestion reconnus par la loi et aux autres intervenants. La version complète du PGIP établit les bases d’une interprétation commune des «règles» élémentaires d'une gestion durable de la ressource halieutique. La version complète du PGIP est disponible sur demande.

Le présent résumé du PGIP n’est pas un document exécutoire; il ne peut constituer la base d’une contestation judiciaire. Le PGIP peut être modifié en tout temps, il ne peut entraver l’exercice des pouvoirs discrétionnaires du ministre conférés par la Loi sur les pêches. Le ministre peut, pour des raisons de conservation ou pour toute autre raison valable, modifier toute disposition du PGIP conformément aux pouvoirs reconnus dans la Loi sur les pêches.

Dans tous les cas où le MPO est responsable de l'exécution d'obligations découlant d'accords sur des revendications territoriales, la mise en œuvre du PGIP devra être compatible avec ces obligations. Si le PGIP entre en conflit avec les obligations juridiques des accords sur les revendications territoriales, les dispositions de ces derniers prévaudront dans la mesure de l’incompatibilité.

R. Reid, directrice générale régionale

Aperçu général / introduction

Crevette à flanc rayé Crevette à flanc rayé (Pandalus Dispar)

Le plan de gestion intégrée des pêches (PGIP) à la crevette au chalut de 2020-2021 entre en vigueur du 1er avril 2020 au 31 mars 2021. Les crevettes sont pêchées de deux façons différentes dans la région du Pacifique, au chalut de fond et au casier. Le présent PGIP traite seulement de la pêche au chalut des espèces de crevettes du Pacifique. Pour plus de renseignements sur la pêche à la crevette au casier, notamment la pêche commerciale, récréative et des Premières nations, veuillez consulter le PGIP de la pêche à la crevette au casier de la région du Pacifique.

Les espèces de crevettes ciblées par les chaluts font partie de la famille des Pandalidés. Les espèces les plus souvent ciblées sont des espèces de petites crevettes, comme la crevette rose (Pandalus jordani) et la crevette nordique (Pandalus borealis) (également appelée crevette rose). L'autre espèce la plus ciblée est la crevette à flanc rayé (Pandalopsis dispar). Cette espèce atteint une plus grande taille et a une plus grande valeur marchande que la crevette rose. Deux autres espèces de crevettes de la famille des Pandalidés, la crevette des quais (Pandalus danae) et la crevette à front rayé (Pandalus hypsinotus) sont aussi pêchées dans des secteurs localisés. Ces deux espèces sont parfois incidemment conservées par les pêcheurs, mais elles constituent rarement la majorité des prises. Il est permis de conserver une petite quantité de prises accessoires de crevettes tachetées (Pandalus platyceros).

La crevette rose et la crevette à flanc rayé sont pêchées au chalut dans le cadre de la pêche commerciale. Les plus petits chalutiers (moins de 15 m de longueur totale) tendent à pêcher dans les secteurs plus protégés, et les plus gros chaluts à panneaux (entre 15 et 35 m) utilisent de plus gros filets remorqués à plus grande vitesse et pêchent parfois dans des zones au large.

Les limites de plafond des prises propres à chaque espèce sont instaurées dans 34 secteurs de gestion de la pêche à la crevette. Les limites de plafond des prises sont établies d'après les relevés de la biomasse effectués dans les principales zones de pêche. Les taux de récolte sont définis en adoptant une approche prudente: les taux de récolte varient à partir de 35% (niveau équilibré) de la biomasse d'une espèce précise. Il convient d'avoir une approche prudente dans les secteurs où les taux varient entre 35% et 0%, aucune pêche n'est permise lorsque la biomasse des crevettes atteint un niveau critique. La pêche est ouverte à longueur d'année dans les secteurs où la biomasse des crevettes est importante et l'effort de pêche faible, de sorte que les limites de plafond des prises ne sont jamais atteintes. La plupart des zones de gestion de la crevette ouvrent le 1er juin et ferment dès que les limites de plafond des prises sont atteintes.

Évaluation des stocks – Connaissances scientifiques et traditionnelles

La crevette rose La crevette rose (Pandalus Jordani)

On trouve plus de 90 espèces de crevettes dans les eaux de la Colombie-Britannique. Sept de ces espèces de crevette (qui appartiennent à la famille des Pandalidés) sont pêchées au chalut dans le Pacifique au large de la côte du Canada. Ces espèces sont les suivantes: la crevette nordique (Pandalus borealis), la crevette rose (P. jordani), la crevette gibbeuse (P. goniurus), la crevette des quais (P. danae), la crevette à front rayé (P. hypsinotus), la crevette tachetée (P. platyceros) et la crevette à flanc rayé (Pandalopsis dispar). La complexité de la pêche varie d'une pêche ciblant une seule espèce à une pêche ciblant plusieurs espèces, mais la crevette rose et la crevette à flanc rayé sont les principales espèces ciblées par la flotte de pêche commerciale.

Les crevettes de la famille des Pandalidés sont largement répendues dans le nord-est du Pacifique, de la Californie à la mer de Béring. Elles occupent divers habitats dans des substrats rocheux ou vaseux. Elles vivent à diverses profondeurs, dans la couche intertidale mais aussi jusqu'à une profondeur de plus de 1300 m. Elles sont présentes dans les zones côtières et au large (figure 1).

Doc. 1. Principales zones de production de la crevette sur la côte du Pacifique en Colombie-Britannique (zones en rouge).
Doc. 1. Principales zones de production de la crevette sur la côte du Pacifique en Colombie-Britannique (zones en rouge).

Pour un certain nombre de zones de gestion de la crevette (ZGC), les estimations de la biomasse des crevettes roses, des crevettes à flanc rayé, parfois des crevettes des quais et enfin des crevettes à front rayé, sont faites à partir de relevés indépendants. Ces relevés réalisés à partir de chalut de fond pour déterminer l'indice de la biomasse des crevettes et surveiller les tendances de l'abondance au fil du temps se font selon un calendrier préétabli. Les résultats des études et les tendances de l'abondance sont présentés dans les bulletins saisonniers des relevés sur les crevettes (disponibles sur demande).

Les avis scientifiques les plus récents sur les tendances et l'état des stocks de crevettes de la côte (MPO 2012) sont disponibles sur le site Internet du Secrétariat canadien de consultation scientifique de Pêches et Océans Canada à l'adresse: http://www.isdm-gdsi.gc.ca/csas-sccs/applications/Publications/index-fra.asp

Portée économique, sociale et culturelle

La pêche au chalut des crevettes en Colombie-Britannique a commencé dans les années 1930, mais son développement s’est accéléré dès les années 1960. Des années 80 aux années 90, la participation a augmenté pendant un certain temps jusqu'à ce que les débarquements atteignent un pic en 1996. La plupart des principaux sites producteurs de crevettes ont été pêchés à cette époque. De 1997 à 2014, les débarquements ont diminué en raison des coûts élevés, de la faiblesse de demande du marché et des changements dans la gestion s’appuyant sur le principe de précaution, notamment les stratégies de pêche sélective et les TAC visant à limiter l'exploitation.

La pêche de la C.-B. utilise environ 230 permis, avec un permis par bateau. La participation annuelle a été de 45 à 55 bateaux. En 2015 et 2016, la participation a augmenté, avec environ 60 bateaux chaque année (voir annexe 2, Examen après la saison, saison 2017/2018). La flotte de pêche à la crevette est assez diversifiée, les bateaux participent, entre autres, à la pêche à la crevette, aux poissons de fond au chalut, au saumon au filet maillant et à la traîne. La pêche à la crevette nécessite des équipements spécialisés qui ne peuvent être utilisés que dans cette pêcherie, la décision d’y participer implique la nécessite de faire des investissements supplémentaires.

En 2015 et 2016, il est à noter que l'industrie de la C.-B. est composée de deux groupes de bateaux : le premier composé de bateaux de petite taille ayant un volume modeste, et le second composé de bateaux de plus grande taille ayant un volume plus important. Avant 2015, la plus garde partie de la flotte de pêche à la crevette au chalut de la Colombie-Britannique était constituée de petits bateaux (< 12 m) qui récoltaient de petites quantités de crevette pendant des déplacements courts. Les grands bateaux de pêche au chalut n'étaient généralement pas actifs dans cette pêche. Sur la côte est du Canada, de l’Oregon et plus récemment de l'État de Washington aux États-Unis, les grands chalutiers se livrent à une pêche à l'échelle industrielle directement en concurrence avec la pêche de la Colombie-Britannique. En 2015 et 2016, plusieurs chalutiers de plus grande taille (< 12 m) ont activement participé à la pêche en Colombie-Britannique en concentrant leurs efforts dans les zones au large de la côte ouest de l'île de Vancouver (COIV).

Modalités d'intendance partagée

Pendant la saison, les pêcheurs à la crevette sont tenus par les conditions de leur permis de prendre des dispositions auprès d’un fournisseur de services chargé de produire et transmettre les rapports sur les lieux de pêche et les débarquements. Un programme de surveillance des prises, notamment des prises accessoires en mer et de l’échantillonnage à quai des crevettes, est obligatoire dans cette pêcherie. Le coût de ce service, qui incombe aux propriétaires des bateaux, est négocié et établi par les titulaires et le fournisseur de services.

Pêches et Océans Canada (MPO) est responsable de l'évaluation des stocks, de la gestion de la pêche, de la mise en vigueur de la loi, de la délivrance des permis et de l'administration de la pêche à la crevette au chalut. Les membres du personnel se voient généralement confier des tâches multiples de sorte que les coûts incombant au Ministère pour gérer cette pêche sont difficiles à évaluer. La Direction de la gestion des pêches, la Direction des sciences, l'Unité des données sur les mollusques et les crustacés, la Direction de la conservation et de la protection, le Bureau des permis des pêches du Pacifique, la Direction générale des traités et des politiques autochtones, la Division des pêches récréatives, la Direction générale des océans et de nombreux employés administratifs ont également contribué à l'élaboration du plan de gestion intégrée des pêches.

Processus de gouvernance

Le ministre de Pêches et Océans Canada est le responsable au plus haut niveau de la gestion des pêches dans les eaux canadiennes, mais aussi de la conduite des bateaux canadiens qui opèrent dans les eaux internationales. La pêche à la crevette est régie par la Loi sur les pêches et ses règlements ainsi que les autres lois fédérales en vigueur.

Le principal organe consultatif pour cette pêche est le Comité sectoriel de la pêche à la crevette au chalut. Le comité est composé de membres du Ministère, des Premières nations, de l'industrie de la pêche commerciale et d'autres secteurs. Les membres se réunissent chaque année à l'automne afin de conseiller le Ministère sur le PGIP. Une première version du PGIP est publiée pour une consultation publique de 30 jours, puis la version définitive du PGIP est soumise à l'approbation de la directrice générale régionale de la région du Pacifique. La version définitive du PGIP est habituellement publiée au début du mois de mars. D’habitude la pêche à la crevette au chalut est une pêche pratiquée par des bateaux titulaires d'un permis qui prend effet le 1er avril et expire le 31 mars de chaque année. La pêche est ouverte sur l'ensemble de la côte à partir du 1er juin. Les limites de plafond des prises sont déterminées d'après les prévisions de la biomasse des crevettes dans les secteurs où sont effectués des relevés annuels. D'autres secteurs sont dotés de limites de plafond des prises fixées pour chaque espèce. Chaque zone de gestion de la crevette peut être fermée lorsque les limites de plafond des prises sont atteintes.

Dans les secteurs où la pêche au chalut de fond effectue des relevés indépendants, les limites de plafond de prises sont corrigées en cours de saison en fonction de la biomasse des crevettes déterminée par les relevés. Chaque semaine tous les bateaux doivent déclarer les jours où ils partent pêcher et fournir une estimation de leurs prises. Jusqu'à présent les prises ont été surveillées par les gestionnaires des pêches. Lorsque le plafond de prises est atteint pour une espèce, le secteur est fermé pour le reste de la saison.

En cas de besoin, une réunion du sous-comité pour la recherche est organisée pour planifier les activités de recherche de l'année suivante.

Accès et allocations

Le ministre peut, pour des raisons de conservation ou pour toute autre raison valable, modifier l’accès à la pêche, les allocations et les modalités de partage décrites dans le présent PGIP, conformément aux pouvoirs qui lui sont conférés en vertu de la Loi sur les pêches.

La pêche commerciale est assujettie à un total autorisé de captures (TAC), à des permis dont l'accès est limité, à une délivrance de permis par secteur, à des quotas par secteur et à un taux de récolte prudent

Les chaluts de fond ne sont pas autorisés dans la pêche récréative à la crevette et les casiers à appâts piègent rarement les crevettes roses et les crevettes à flanc rayé, par conséquent la pêche récréative ne s’intéresse guère à ces espèces.

À ce jour, la pêche autochtone à des fins alimentaires, sociales et rituelles n'a pas été limitée.

Enjeux de gestion, objectifs et mesures

# Enjeu de gestion Objectifs Mesure de gestion
1 Le nombre d'espèces et de stocks de crevettes impliqués dans la pêche à la crevette au chalut a eu pour conséquence la mise sur pied de programmes complexes de gestion et d'évaluation. Les relevés des principales zones de pêche à la crevette sont effectués par la Direction des sciences du Ministère, ils servent à calculer les estimations de la biomasse des crevettes et à déterminer les limites de plafond des prises. Les pêcheurs commerciaux ont des préoccupations concernant les zones de pêche dont le programme actuel ne s'occupe pas, et concernant les possibilités de pêche de stocks spécifiques comme les crevettes des quais et les crevettes à front rayé. Poursuivre les relevés de la biomasse aussi longtemps que la ressource le permettra. Le Ministère n'est pas en mesure de traiter certaines possibilités de pêche car les ressources sont limitées pour effectuer des relevés et calculer la biomasse de nombreux petits stocks d’espèces de crevettes dans des lieux spécifiques.
2 Les prises accessoires d'éperlans anadromes et d'eulakanes (Thaleichthys pacificus), sont préoccupantes depuis que les remontes d'eulakanes ont décliné dans de nombreux cours d'eau de la côte centrale et dans le fleuve Fraser. Dans la mesure du possible, réduire au minimum les prises accessoires d'eulakanes. Le ministère travaille en collaboration avec l'industrie de la pêche à la crevette au chalut en vue de réduire au minimum les prises accessoires d'eulakanes. La fermeture de secteurs, des fermetures saisonnières et un programme d'observation en mer visant l'eulakane (voir l'annexe 1, chapitre 3.1) ont été mis en œuvre afin de surveiller les prises accessoires d'eulakanes dans des secteurs de la côte ouest de l'île de Vancouver. Les dispositifs de réduction des prises accessoires (notamment des grilles rigides) sont obligatoires sur l'ensemble de la côte. Le Ministère mène actuellement une consultation pour un éventuel classement de l'eulakane dans la liste des espèces en péril en vertu de la Loi sur les espèces en péril.
3 Les pêcheurs récréatifs ont exprimé leurs préoccupations quant aux prises accessoires de crevettes tachetées (Pandalus platyceros) dans la pêche commerciale à la crevette au chalut. Gérer la pêche à la crevette dans les limites fixées par la réglementation. Lorsque l'abondance de reproducteurs se situe en deçà de « l'indice des reproducteurs » (nombre minimum de femelles reproductrices), des secteurs seront fermés à la pêche récréative à la crevette en hiver (pour plus d’informations, voir le PGIP de la pêche à la crevette au casier).

Pendant la saison de pêche commerciale à la crevette au casier (de mai à juin), il est interdit de conserver certaines espèces de crevette dans le cadre de la pêche à la crevette au chalut, à l'exception d'une petite quantité de prises accessoires. Lorsqu'on soupçonne que les prises accessoires de crevette sont élevées dans certains secteurs, des observateurs en mer peuvent être déployés pendant les sorties en mer de la pêche commerciale, et un gestionnaire de la ressource apportera, au besoin, des changements à la pêche.
4 La prise accessoire de poisson non ciblée dans la pêche au chalut à la crevette a été définie par les observations en mer dès 1997. Un programme de surveillance des prises accessoires est soutenu par les contributions de l'industrie depuis 1999. Mettre en œuvre des mesures visant à réduire autant que possible les prises accessoires d'espèces non ciblées pendant la pêche. Le Ministère récupère des estimations de prises accessoires par remorquage pendant les sorties en mer supervisées par un observateur; toutefois, la surveillance assurée par les observateurs couvre moins de 2 % de l'effort de pêche déployé sur l'ensemble de la côte (50 jours par an), ce qui ne permet pas au Ministère de faire l’estimation du total annuel des prises accessoires dans cette pêche. Le programme d’observation s'intéresse plus particulièrement aux prises d'eulakanes dans les secteurs de la côte ouest de l'île de Vancouver, le but étant de contrôler la proportion d'eulakanes par rapport à celle des crevettes et de documenter l'utilisation de dispositifs de réduction des prises accessoires. L'utilisation de tels dispositifs (grilles séparatrices pour les prises accessoires, panneaux à grandes mailles, etc.) réduit considérablement les prises accessoires d'espèces de poissons non ciblées (Olsen et al. 1999). Les dispositifs de réduction des prises accessoires sont obligatoires depuis 2000.
5 Les chaluts qui pratiquent la pêche à la crevette entrent en contact avec le fond. Les incidences éventuelles de cet engin mobile de chalutage de fond sur l’habitat, les populations et les communautés benthiques, sont bien documentés (MPO 2006). Évaluer les conséquences de la pêche sur les zones benthiques vulnérables en fonction de la nouvelle Politique de gestion de l’impact de la pêche sur les zones benthiques vulnérables du Ministère. Une politique ministérielle sur la gestion des incidences de la pêche sur les zones benthiques vulnérables a été finalisée. Quatre récifs d'éponge au large de la côte de la Colombie-Britannique dans l'est du détroit de la Reine-Charlotte et le détroit d'Hécate ont été désignés comme zones benthiques vulnérables. Ces récifs sont fermés à la pêche aux poissons de fond et à la crevette au chalut depuis 2003. Le cadre d’analyse du risque écologique, élaboré conformément à la Politique nationale de gestion de l’impact de la pêche sur les zones benthiques vulnérables, servira à déterminer le niveau de risque représenté par ces pêches et s'il est nécessaire de prendre des mesures d'atténuation.

Plan de conformité

Le personnel de la Conservation et Protection (C&P) cherchera toutes les occasions de surveiller cette pêche et de mettre en application les règlements la concernant, conformément aux priorités en matière de surveillance et de mise en application de la loi supervisée par la haute direction de la région du Pacifique.

Examen du rendement

Les indicateurs du rendement sont présentés dans une revue d’après-saison qui tient compte des objectifs de conservation et de durabilité, en rapport avec la conformité et l'écosystème, ainsi que des objectifs sociaux, culturels et économiques du Plan de gestion de la pêche à la crevette au chalut.

L'évaluation du stock et les activités de recherche sont également traités. L'examen après la saison peut inclure les résultats des réunions tenues avec les Premières nations et d'autres secteurs de la pêche à la crevette au chalut. La pêche commerciale sera évaluée par rapport à des mesures de rendement comme la quantité de crevettes débarquée et la valeur de la pêche. Les commentaires des membres du Comité sectoriel de la pêche à la crevette au chalut en feront également parti. L'examen après la saison portera aussi sur le temps accordé aux activités de mis en application de la loi dans le cadre de la pêche.

Coordonnées de Pêches et Océans Canada

Pour obtenir de plus amples renseignements concernant le résumé du PGIP ou pour obtenir une version électronique intégrale du PGIP, veuillez communiquer avec Dan Clark par téléphone au 250-756-7327 ou par courriel à l'adresse dan.clark@dfo-mpo.gc.ca