Réponse au glissement de terrain de Big Bar

En juin 2019, on a signalé qu’un glissement de terrain s’était produit dans un canyon isolé et accidenté situé le long du fleuve Fraser, au nord de Lillooet, en Colombie-Britannique, sur le territoire traditionnel de la Nation Secwepemc. D’énormes morceaux de roche et beaucoup de débris se sont détachés d’une falaise de 125 mètres et se sont écrasés dans le Fraser, ce qui a rétréci le fleuve et créé une chute d’une hauteur de cinq mètres. En raison de l’ampleur de l’obstruction, les saumons qui remontaient la rivière n’ont pas pu se rendre au-delà du site du glissement de terrain. Dans les cinq jours qui ont suivi le premier signalement, on a établi une structure de commandement unifié de gouvernement à gouvernement à Lillooet afin de réagir à cette urgence. Cette structure comprenait des experts et des spécialistes du gouvernement fédéral, de la Colombie-Britannique et des Premières Nations.

En septembre 2019, grâce à la collaboration entre les gouvernements fédéral et provincial, et les Premières Nations, ainsi qu’aux efforts et au soutien fournis par d’autres organismes, groupes d’intervenants et experts en géotechnique et en hydrologie, des milliers de saumons ont pu poursuivre leur migration au-delà du site du glissement de terrain. Pour rendre cette migration possible, on a dû capturer et transporter des poissons, et rétablir partiellement un passage naturel pour ceux-ci grâce à la manipulation de roches à la baisse naturelle du niveau d’eau du fleuve. Tout au long de l’intervention, la sécurité du personnel et du public est demeurée une priorité absolue.

Le poste de commandement d’intervention établi afin de surveiller et de soutenir le travail sur le terrain, ainsi que la structure de commandement unifié de gouvernement à gouvernement connexe ont adopté une approche axée sur la collaboration novatrice et ont été essentiels à la phase initiale de l’intervention. Cette approche continuera d’être utilisée dans le cadre de la nouvelle structure de projet établie en octobre 2019 afin de soutenir efficacement la migration des saumons en 2020 et pendant les années suivantes.

L’équipe du projet est guidée par la collaboration continue entre les Premières Nations et les gouvernements fédéral et provincial. De cette façon, nous pourrons assurer la continuité de l’orientation et la conservation des connaissances acquises pendant la phase d’urgence, tout en démontrant notre engagement continu en matière de transparence et de coordination efficace de gouvernement à gouvernement. L’équipe de projet se concentre actuellement sur la planification et l’évaluation stratégiques de la prochaine phase de travail sur le terrain ainsi que sur la logistique, la sécurité et la surveillance. En collaboration avec les spécialistes en environnement et en ingénierie dévoués qui sont actuellement responsables du projet, nous continuons de nous consacrer à l’objectif fixé, soit le rétablissement d’un passage durable qui pourra être emprunté par des saumons lors de leurs futures montaisons.

Le 31 décembre 2019, à la suite d’un processus concurrentiel, l’entreprise Peter Kiewit Sons ULC a obtenu un contrat pour entreprendre des travaux hivernaux de grande envergure sur le site du glissement de terrain. Le projet de rétablissement se déroulera sur les territoires traditionnels de la Nation Secwepemc, en particulier ceux de la Première Nation de High Bar et de la Première Nation Stswecem'c Xgat'tem. Le contrat comprend un plan d’avantages offerts aux Autochtones, qui vise à fournir des avantages socioéconomiques à ces deux Premières Nations, comme de la formation, des emplois et de la sous-traitance.

Les travaux de rétablissement menés par l’entreprise Peter Kiewit Sons ULC comprendront la fragmentation et le retrait de roches sur le site du glissement de terrain afin d’améliorer le passage utilisé par des saumons et des truites arc-en-ciel pendant la saison de migration. Ces travaux ont commencé au début de janvier et se poursuivront jusqu’à la fin de mars 2020.

En outre, deux groupes de travail techniques composés d’experts issus de gouvernements, de groupes d’intervenants, d’organismes sans but lucratif et du milieu universitaire orienteront l’élaboration de plans d’urgence et de rétablissement complets en ce qui concerne d’autres méthodes permettant le passage de poissons et des améliorations fondées sur la conservation. On envisage actuellement d’autres options qui permettraient de fournir un passage sécuritaire aux poissons au cas où le niveau ou la vitesse de l’eau constituerait un obstacle pour certaines populations de saumon au début de la saison de migration de 2020.

Mise à jour des informations

Liens connexes